CARPACCIO.cloud est un service en ligne initialement dédié à la recherche autour des maladies neuromusculaires et étendu à l’analyse de la performance musculaire. Sur un marché potentiel global d’analyse d’images de microscopie estimé entre 150 et 250M€, la jeune startup lyonnaise vise à devenir LA référence de l’analyse de muscles dans les années à venir. Arrivant avec une plateforme digitale qui permet d’acquérir toutes les données à partir d’images de muscles entiers en moins de 30 secondes, contre une acquisition jusqu’alors manuelle réalisée en plusieurs jours, le projet a rapidement convaincu Pulsalys.

3 Questions à Rudy Mart, Co-fondateur, CEO de la société Carpaccio.cloud

PULSALYS : Quel est votre profil, comment vous êtes-vous retrouvé au cœur du projet Carpaccio … Et pourquoi le nom original de « CARPACCIO » qui évoque la viande ?

Rudy Marty : Je viens au départ de la physique des particules et n’avais pas du tout le profil qui aurait pu me prédestiner à travailler sur un projet dans le domaine de la santé ! Alors que j’étais Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) j’ai été engagé en mai 2016 par Pulsalys comme ingénieur maturation pour travailler sur un logiciel d’analyse d’image pendant 6 mois. Ce fut alors un « coup de foudre » pour le projet CARPACCIO.cloud, et j’ai bénéficié de « l’ascenseur social » : d’ingé mat’ j’ai pris les rênes de la future startup !

Quant au nom, en effet la viande c’est du muscle ! Et notre logiciel facilite de façon exemplaire l’acquisition des paramètres des fibres musculaires à partir d’images de microscopie obtenues sur de très fines coupes de muscles. Il s’agit d’une tâche rébarbative, chronophage et peu valorisante pourtant essentielle à la recherche neuromusculaire. Quoi de plus adapté que « CARPACCIO.cloud » ? C’est un nom simple qui se retient bien de par sa symbolique et son côté atypique pour un nom de logiciel scientifique.

PULSALYS : En quoi Pulsalys vous a aidé et comment vous projetez-vous ?

Rudy Marty : Pulsalys a d’abord permis d’établir la relation entre Brian Rudkin, chercheur à l’ENS Lyon, et moi-même, alors ingénieur maturation. Le projet m’a tellement séduit que j’ai accepté volontiers de devenir PDG et co-fondateur de la société. J’ai pu bénéficier d’ateliers et de conseils spécifiques pour préparer la montée en puissance de l’activité. Et comme notre objet est une solution technique au service des sciences de la vie, nous avons eu la chance d’avoir les regards croisés d’un spécialiste du numérique avec Stéphane Donnet et d’une spécialiste santé avec Nathalie Cohet. Je suis ravi que Pulsalys prenne part à notre aventure en étant entré au capital de la société. C’est une marque de confiance pour nous et nos futurs investisseurs, qui met en avant la place de l’innovation dans notre technologie et notre business. La SATT a été le catalyseur qui nous a permis de faire de l’innovation le cœur de notre entreprise. En résumé : Pulsalys m’a apporté un soutien infaillible, une compétence à toute épreuve, une écoute avertie, un suivi de qualité, des formations ciblées et des ressources financières intelligentes ! C’est grâce à l’expertise et l’engagement de Pulsalys pour l’encadrement des projets innovants que nous avons réussi à nous lancer, car la SATT couvre tous les aspects permettant de faire le pont entre la recherche et l’industrie.

PULSALYS : Quel est aujourd’hui le marché de Carpaccio.cloud et quelle innovation lui apportez-vous ?

Rudy Marty : Notre solution est destinée à simplifier le travail des compagnies pharmaceutiques et des sociétés de prestations de services. En effet il n’y a pas de poste intermédiaire entre le technicien de laboratoire et le pathologiste qualifié et jusqu’à présent tout repose sur une analyse manuelle fastidieuse qui peut prendre des journées entières. Grâce à son service en ligne qui collecte les images de microscopie de coupes de muscles, CARPACCIO.cloud se substitue à toute la démarche jusqu’à l’interprétation qui reste entre les mains de l’expert métier. Nous sommes en mesure d’apporter des données géométriques et morphométriques pertinentes (ex : taille des fibres, diamètre, circularité) pour 3 familles de problèmes musculaires : les atrophies musculaires correspondant à une fonte musculaire en cas d’immobilisation d’un membre (or moins de fonte musculaire signifie moindre besoin de rééducation) ; les dystrophies et myopathies, liées à des maladies génétiques et les maladies liées à l’âge (sarcopénie) ou à des carences dans l’alimentation.  Au-delà d’être un outil d’analyse pour les maladies, CARPACCIO.cloud se veut aussi être un outil au service de la performance musculaire (sur le marché des compléments alimentaires) et un outil de diagnostic, pour lequel nous devrons être certifiés en répondant à certaines conditions réglementaires. Au final nous visons devenir le leader mondial de l’analyse du muscle d’ici les 5 prochaines années !

Lire aussi CARPACCIO.cloud analyse les muscles au service de la R&D pharmaceutique