/ / > Biotechnologies / Diagnostic / Sondes moléculaires

Les sondes moléculaires de Molsid révèlent l’invisible

Lauréate du concours d’innovation i-Lab 2019 et incubée à l’Ecole Normale Supérieur de Lyon, la startup Molsid, crée en août 2018, est un nouvel acteur innovant dans le monde des biotechnologies. La société, soutenue depuis le départ par PULSALYS, développe des sondes moléculaires fluorogènes qui apportent de nombreux avantages aux industriels de divers secteurs : le diagnostic rapide médical, le contrôle agroalimentaire, l’ingénierie d’enzymes, etc.

« Nos sondes moléculaires rendent visibles ce que les sondes classiques ne permettent pas de visualiser. Elles fournissent des résultats clairs et fiables, grâce à une rétention unique du signal fluorescent au siège de l’activité enzymatique cherchée » explique Jens Hasserodt, Professeur de chimie à l’Ecole Normale Supérieur de Lyon, inventeur de la technologie et co-fondateur de la société.

Une avance technologique protégée

La technologie exploitée par Molsid est issue de quinze ans de R&D au Laboratoire de Chimie de l’ENS de Lyon (UMR5182 : ENS Lyon, CNRS, UCBL). Alors que jusqu’à présent les activités enzymatiques sont détectées à l’aide de sondes fluorogènes dont le signal diffuse dans l’échantillon loin du siège de cette activité (d’où faible sensibilité, mauvaise localisation dans la majorité des échantillons biologiques hétérogènes), les nouvelles sondes proposées par Molsid ont comme propriété phare de retenir le signal fluorescent « sur place ». Ce signal, dont le délai d’apparition peut être très court, est de ce fait plus intense, précisément localisé [voir photo], et les sondes sont strictement invisibles en l’absence de l’enzyme recherchée. Les brevets déposés (auxquels viendront s’en ajouter d’autres en cours de dépôt) préservent l’avance technologique et forment un socle solide et pérenne pour l’activité de la startup en cours de création.

Un vaste marché

Déterminer la présence d’une activité biocatalytique enzymatique est au centre d’une multitude de procédés, notamment sur le marché médical pour lequel l’activité enzymatique est l’un des marqueurs clés de l’identification de microbes pathogènes ou résistants. Mais aussi sur le marché agroalimentaire où la sélection de microbes compétents dans la production d’une variante d’enzyme précise fait partie des processus d’optimisation de production et de conversion d’aliments. Plus largement encore, dans le domaine du développement durable, certains procédés dépendent d’une haute performance enzymatique des micro-organismes, par exemple dans la production de nouvelles matières premières à partir de déchets agricoles. Par un procédé biotechnologique qui profite pleinement des sondes Molsid, ces micro-organismes « apprennent » à convertir plus efficacement des fibres de plantes en de la matière première chimique. Celle-ci s’utilisera sur les marchés comme alternative aux composants du pétrole. Autant de secteurs cibles pour Molsid qui est actuellement en mesure de proposer une dizaine de sondes moléculaires et vend déjà des échantillons de test à des grands comptes.

Un projet prometteur soutenu par PULSALYS

Afin de mener à bien cet ambitieux projet, les co-fondateurs ont su s’entourer de partenaires de grande qualité. Anne Khoschnud, Présidente de Molsid, a su rassembler une équipe multidisciplinaire avec des compétences en chimie organique, biologie moléculaire, marketing, business development et finances. La société est soutenue par un conseil scientifique international de premier plan et par une quinzaine de structures locales.

La société aura une équipe d’une dizaine de personnes fin 2019 et projette de réaliser un chiffre d’affaires de huit millions d’euros sous trois ans. « C’est un projet auquel nous croyons énormément, au-delà des programmes de maturation, PULSALYS a également participé à la préparation de MOLSID au concours i-Lab» précise Arnaud Baudot, Directeur des investissements chez PULSALYS.

Molsid : Get what you are screening for!

En bref

 

Lire aussi 3 questions à Quentin Glenadel, ingénieur PULSALYS sur le projet Molsid