/ > agronomie / Plante / Sexage

Sexage des plantes

Une méthodologie statistique sur la transmission des allèles des parents à la première génération (F1) permet d’identifier des gènes liés au sexe. Ces gènes peuvent ensuite être utilisés comme biomarqueurs génétiques pour sexer des individus.

Sachant que 20% des plantes cultivées sont dioïques (c’est-à-dire avec des sexes séparés), et que chez ces plantes, un seul sexe est généralement utile d’un point de vue agronomique, la technologie proposée s’annonce d’un intérêt majeur sur le volet agro-économique. Par exemple, seules les femelles palmier-dattier produisent des dattes, et le démarrage d’une nouvelle palmeraie exige un délai de 7 ans après la plantation des palmiers afin qu’ils atteignent leur maturité sexuelle et qu’il soit possible de distinguer sans ambigüité les arbres mâles et femelles. 50% des arbres (mâles) sont alors abattus avec des pertes importantes.

Le sexage précoce des plantes permettrait de sexer très tôt et de ne cultiver que les plantules d’intérêt (économie de ressource eau/nutriment, terrain, main d’œuvre…).

PULSALYS recherche

des partenaires industriels pour identifier les plantes pour lesquelles le sexage précoce permettrait de faire des économies de développement.

Applications

  • Sexage précoce des plantes cultivées dioïques

Marchés cibles

  • Agriculture

Avantages compétitifs

  • Gain de temps : méthode statistique qui permet d’identifier des biomarqueurs du sexe des plantes
  • Gain financier : économie de développement (eau, nutriments, main d’œuvre)

Propriété intellectuelle

Méthodologie / Savoir-faire


Chef de projet

Christine DUARTE

Responsable  du Pôle Développement Technologies & Usages

+33(0)4 26 23 56 77

Christine.duarte[@]pulsalys.fr

Si vous ne trouvez pas l'offre de vos rêves

Référence : SEX PLANT DETECTOR [D01968]

Mots clés : SEXE / PLANTE / AGRONOMIE

TRL : 3 >>> 6 en 2019