Neolys Diagnostics invente le test de radiosensibilité aux radiothérapies

La société Neolys Diagnostics a vu le jour grâce à la rencontre de 3 hommes partageant les mêmes valeurs et ayant pour objectif de bousculer les pratiques du monde de la radiothérapie.

Nicolas Foray, chercheur à l’Inserm aurait pu être historien, discipline qu’il adore, ou archéologue… mais il a préféré s’orienter vers le domaine de l’oncologie. Depuis ses années de thèse, il s’intéresse aux effets des radiations ionisantes sur les tissus humains et cherche, au sein de son laboratoire situé au Centre Léon Bérard à Lyon, a, notamment, limiter les effets secondaires de la radiothérapie.

Chaque année en France, 380 000 nouveaux patients sont pris en charge pour un cancer et parmi eux plus de 170 000 sont traités par radiothérapie – une méthode utilisant des rayonnements ionisants pour détruire les cellules cancéreuses en bloquant leur capacité à se multiplier, tout en épargnant les cellules saines périphériques. Des études ont montré que 5 à 15% des patients traités par radiothérapie montraient des manifestations cellulaires graves post-traitement, comme pour les cancers ORL entraînant une perte des fonctions salivaires (xérostomie), des dermites, brûlures de la peau, difficilement cicatrisables ou pour le cancer de la prostate, des rectites, inflammations du rectum quelquefois irréversibles.

Au vu de ces résultats, Nicolas Foray a orienté ses travaux de recherche pour mettre au point en 2008 des tests prédictifs permettant de déterminer et quantifier avec précision la radiosensibilité individuelle du patient. Une révolution pour le monde de la radiothérapie et une aide précieuse pour les praticiens qui peuvent désormais adapter le traitement thérapeutique pour détruire la tumeur tout en préservant les tissus sains.

Afin de valoriser son projet, Nicolas Foray participe en 2010 aux Rencontres chercheurs/industriels organisées par le CLARA. Son projet attire immédiatement l’attention de l’entrepreneur Gilles Devillers qui lui propose alors de se joindre à lui pour créer une entreprise sur la base de son invention. Julien Gillet-Daubin intègre rapidement le groupe avec la même volonté de contribuer et la même vision de l’entrepreneuriat dans le domaine de la santé. L’aventure Neolys Diagnostics commence.

En 2012, Neolys Diagnostics entre en incubation à CREALYS puis rejoint la SATT PULSALYS en 2014 et poursuit la création de la société.
Neolys Diagnostics voit le jour en avril de cette même année et bénéficiera d’un double accompagnement :

  • Dans la maturation du projet scientifique avec le dépôt de 2 brevets,
  • Dans la création de la startup comprenant la consolidation de l’équipe, une approche business et marché, ainsi qu’un soutien dans l’intégration à l’écosystème local.

Gilles Devillers, Président de Neolys Diagnostics précise avec enthousiasme : « PULSALYS a été l’acteur qu’il nous fallait pour monter notre société. Leurs conseils et leurs soutiens, tout au long de l’accompagnement, ont été précieux et toujours bienveillants ».

En mai 2017, Neolys Diagnostics signe avec la SATT un contrat d’exploitation pour 4 nouveaux brevets portant sur les applications suivantes : tumeurs, tests rapides adaptés à tous les laboratoires, génotoxicité pour tous les agents cassant l’ADN. Neolys Diagnostics complète son offre de tests actuelle et envisage de diversifier son activité à moyen terme.

Depuis 2 ans, Neolys Diagnostics connait une forte notoriété grâce à sa participation dans de nombreux événements locaux et internationaux avec la remise de plusieurs Prix : Trophée R2B Onco, Big Booster, Tremplin Entreprises, etc. En parallèle, Neolys Diagnostics boucle en juin 2016 une 1ère levée de fonds de 800K€. « Cette levée de fonds permettra d’initier les essais cliniques pour atteindre les premières ventes de notre premier test prédictif de radiosensibilité et la mise en place de véritables partenariats internationaux », ajoute Julien Gillet-Daubin, co-fondateur de la société.

Nous avons rencontré Julien Gillet-Daubin qui nous fait part de son expérience sur ces 2 dernières années :

>> En quoi vos 3 profils sont-ils complémentaires pour la pérennité de la société ?

Dès notre première rencontre, nous avons pressenti une affection mutuelle forte. Nous partageons les mêmes valeurs et nos personnalités se complètent ce qui est un avantage pour développer la société sur des bases solides. Gilles est une personne d’action, tournée vers l’extérieur alors que moi, je suis plutôt quelqu’un centré sur l’analyse. Quant à Nicolas, il est le point d’équilibre de l’équipe.

>> Quelle est l’implication de Nicolas Foray dans la société ?

Son implication dans la société est quotidienne. Dès le début, nous lui avons proposé le statut de conseiller scientifique car nous voulions une équipe opérationnelle soudée.

>> 2016 a été une année importante pour Neolys Diagnostics. Que recherchiez-vous ?

Effectivement, 2016 a été une année charnière pour la société. Nous avons lancé au début de l’année notre première levée de fonds et pour y arriver nous devions accroître notre visibilité auprès des investisseurs potentiels. Pour cela, la communication a été un levier extrêmement important et PULSALYS nous a aidé à construire un discours percutant. Les conseils prodigués par la SATT ont toujours été très constructifs.

>> L’entrée au capital de Neolys Diagnostics est une première pour la SATT. Qu’est-ce qui, selon vous, a motivé son choix ?

Nous avons tout de suite été très engagés dans le développement de la société. Pendant 2 ans, nous avons durement travaillé et je pense que PULSALYS a pu apprécier nos efforts et notre motivation. Nous sommes fiers d’être la première startup où PULSALYS entre au capital.

>> Quelles sont les prochaines étapes ?

Nous avons l’intention de développer largement nos tests et logiciels pour offrir aux patients un traitement adapté et pour orienter la radiothérapie vers une médecine de précision.
Les prochaines années seront jalonnées en trois temps forts. Tout d’abord, la clôture de notre deuxième levée de fonds que nous envisageons pour fin 2017, une communication auprès des centres de radiothérapie européens dont les Pays-Bas car ils sont leaders dans le domaine, l’Italie pour leurs performances dans le traitement des cancers de la prostate et la Suisse. Dernière étape clé, la mise en place de partenariats avec des entreprises spécialisées dans le diagnostic industriel afin de développer les tests dans tous les laboratoires.

>> Comment voyez-vous la société dans 5 ans ?

Nous serons présents à l’international. Actuellement, nous sommes dans la préparation d’une feuille de route pour nous implanter aux Etats-Unis d’ici 2019.

>> Seriez-vous intéressé de réitérer l’aventure de la startup ?

Oui je serai prêt à recommencer l’aventure et ce sera certainement plus facile car maintenant je connais le métier d’entrepreneur et je saurai éviter les pièges du débutant.