3 questions à Quentin Glenadel, ingénieur Pulsalys sur le projet Molsid

Quels sont votre formation et votre parcours ?

Durant mon cursus en école d’ingénieur à CPE Lyon, conclu par l’obtention d’un double diplôme avec un M2 en Chimie Organique à l’Université Claude Bernard de Lyon (UCBL), j’ai eu l’opportunité de faire une année de césure à Boston dans une entreprise pharmaceutique en tant que chimiste médicinal. J’ai ainsi pu contribuer au développement d’un inhibiteur de kinases (sélectivement la PI3K-gamma). Cette expérience très enrichissante m’a fait prendre conscience de l’enjeu économique du monde de l’entreprise. Par la suite, j’ai effectué une thèse au sein de l’équipe SURCOOF de l’Institut ICBMS sous la direction du Dr Thierry Billard. L’objectif consistait à développer des méthodologies pour greffer des groupements fluorés sur des molécules organiques.

Quelle est votre fonction chez Pulsalys ?

J’ai été recruté par Pulsalys pour travailler avec l’équipe de Jens HASSERODT au développement du projet Molsid issu du laboratoire de chimie de l’ENS Lyon. Il s’agit d’un projet visant à mettre au point des sondes fluorogènes pour la détection d’activités enzymatiques (imagerie à haute résolution). Ma mission est de compléter l’équipe (optimisation du procédé existant, étude de formulation et synthèses de nouvelles sondes) afin de répondre plus rapidement aux attentes des clients des domaines agro-alimentaire et pharmaceutique principalement. Je suis ravi de rejoindre ce projet car c’est pour moi l’occasion d’utiliser l’ensemble de mes compétences issues de mes expériences, à la fois comme doctorant/chercheur à l’ICBMS et comme chimiste médicinal au sein d’une entreprise pharmaceutique aux Etats-Unis au service du développement d’une technologie.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de rejoindre Molsid et quels sont vos souhaits ?

J’éprouve un grand intérêt à pouvoir concrètement m’impliquer dans un projet à fort contenu technologique et à participer à son développement : il s’agit d’un beau challenge très stimulant. Grâce aux compétences acquises au cours de ma formation puis de mes expériences, j’ai le sentiment de pouvoir contribuer positivement au projet. Participer au développement d’une technologie issue de la recherche académique afin de la mettre au service de la société est pour moi un aboutissement en soi. Mon souhait est de pouvoir valoriser la recherche fondamentale (trop souvent délaissée) en démontrant que celle-ci est une étape nécessaire à tout développement industriel.

En savoir + sur la startup en cours de création Molsid