Article publié le 10/11/2108

3 Questions à Aline Malaise, Responsable Ressources Humaines chez PULSALYS

Au service de la création de startups Deep Tech, la nouvelle offre ProPulse by PULSALYS va s’appuyer sur une base de données spécialisée afin d’identifier et recruter les profils clés, « sur mesure » pour leur développement. La plateforme a vocation à devenir un vivier de ressources dans lequel pourront puiser les projets de startups issues de la recherche académique de Lyon – St Etienne.

Comment votre parcours vous a conduit à gérer les relations humaines chez PULSALYS? Quelle est l’originalité du poste RH au sein d’une SATT, et en particulier chez PULSALYS ?

Aline Malaise : après un parcours dans la communication de recrutement, notamment au sein de CPE Lyon, avec déjà beaucoup d’interactions avec les entreprises, j’ai eu l’envie d’évoluer vers les ressources humaines. Suite à quelques années passées dans le conseil en recrutement puis en outplacement, j’ai fait le choix de rejoindre le monde de l’entreprise sur des postes de généraliste RH, dans l’objectif de développer mes compétences en gestion des talents, accompagnement à la construction des équipes opérationnelles, développement des compétences au travers de la formation et accompagnement des managers. La rareté et la richesse de ma mission est de gérer à la fois (classiquement) les différents volets RH de PULSALYS, mais aussi de participer à la création de startups à travers le recrutement des équipes de dirigeants. L’objectif est d’être de plus en plus au service des projets en proposant des entrepreneurs « sur mesure » et le meilleur « matching », soit la meilleure adéquation possible, avec nos chercheurs.

Alors justement, quelle est précisément la valeur ajoutée de votre compétence RH au sein de PULSALYS et au bénéfice des projets ?

Aline Malaise : avec le lancement de notre nouveau portail ProPulse by PULSALYS, nous allons créer un espace de mise en relation entre nos projets, nos besoins et des entrepreneurs qualifiés et motivés qui nous permettra d’identifier le bon entrepreneur pour le bon projet. Il s’agit ensuite de le qualifier, et dans cette phase la compréhension des personnalités est essentielle. Mon rôle est de travailler, en concertation avec les chercheurs, sur les critères indispensables du poste de dirigeant, mais aussi, et surtout, de faire exprimer ses valeurs par le chercheur, de faire émerger la vision du projet et les qualités comportementales indispensables du porteur. Tout ceci doit concourir à assurer la meilleure complémentarité possible de leurs profils et à fiabiliser au maximum l’association.

Quels sont selon vous les facteurs clés de succès d’une association chercheur(s) / entrepreneur ?

Aline Malaise :  L’analyse de certains échecs a fait ressortir que le CEO qui s’engage doit être disponible à 100% pour le projet de startup, et que la vision du projet à court, moyen et long terme doit être partagée entre lui-même et les chercheurs. Non seulement la roadmap (ou feuille de route) stratégique doit faire l’objet d’une vision commune, mais la répartition du capital doit également être évoquée dès le départ pour s’assurer d’un consensus entre les acteurs. Ce sont les fondamentaux de notre programme de construction d’équipe dirigeante !

Lire aussi : ProPulse by PULSALYS : construire son équipe dirigeante